Work and play, or work hard and play hard.

photo 4

Parce la vie est de plus en plus dure, du moins pour nous autres semblables, que la crise n’y arrange rien, le sens même du mot « travail » s’octroie des milliards de stock options de sens, dont dépend le style de vie qu’on souhaite avoir… Des amis qui sont obligés d’accumuler deux boulots: ça fait longtemps que j’ai passé ce cap :), ceux qui font pieds et mains pour limiter les dépenses, bref, des sacrifices énormes pour sauvegarder des prérogatives de players très enracinées. C’est bien là des valeurs on ne peut plus constructives d’une reprise qui se fait attendre.

photo 3

En ce sens, les outils d’un player sont tous autant importants et mérites une attention bien particulière. Leur choix doit se faire avec soin, le même qu’on accorde à ses formes pour un meilleur rapport avec les mensurations.

Mais on ne le dira jamais assez, en temps de crise, il faut miser sur les valeurs sures. Pendant la crise de 1929, un journaliste américain avait demandé à un magna du pétrole ce qu’il ferait s’il venait à perdre toute sa fortune et qu’il ne lui restait que mille dollars. L’homme d’affaires lui répond: « J’irai acheter un costume que je metrai pour repartir vers le sommet. »

photo 1

Oyacin, le model qui a posé devant l’objectif de Mirtho Linguet, est à trois ans de ses trent ans, mais a déjà créé et fermé trois entreprises, la première juste avant le début de la crise actuelle. Mais à en croir son assurance, nulle doute qu’il est en route pour le sommet. L’assurance, l’autre clé des valeurs constructives qui traduit une certaine confiance en soi, mère de la réussite et fille d’une bonne préparation. A bon attendeur…,

photo 2